William Z Villain
Il faut le voir en concert. Même avec un bras en écharpe, le privant de jouer de la guitare, il assure le spectacle, seul. En véritable artiste complet, il a su adapter son programme, ajoutant des chansons inédites, s'aidant d'un peu de technologie (autosampling etc.) et jouant sur son minuscule
Alphaville
Strange attractor
D'abord, je dois vous prévenir : je suis fan de ce groupe. Mais bien plus pour leur évolution musicale, leur créativité et la richesse de leurs compositions, notamment dans les années 90, que pour leurs deux-trois tubes planétaires estampillés "new wave" des années 80. Car ce groupe, qui a fêté
Sophie Zelmani
My song
Si No Money Kids ou Kaleo , mes précédentes fiches, étaient du poison, alors Sophie Zelmani en serait l'antidote absolu. Sa musique est apaisante, et c'est souvent que je me la mets dans les oreilles, le soir, pour m'endormir avec. Je me figure que mon sommeil est alors de meilleure qualité. My
No Money Kids
Hear the silence
Lenny Kravitz n'a qu'à bien se tenir. Les coups de guitare électrique incisifs, entre rythmique et soliste, la voix qui se place comme un instrument sans trop articuler (à l'américaine), le traitement du son délicieusement rétro - mais tellement rock - tout cela est restitué avec brio et un bon
Kaleo
A/B
Circulez, rien de neuf sous le soleil du rock. Vraiment ? Oui, à première vue. Et pourtant. Alors il y a d'abord et surtout " No good ", la chanson (féministe ?) qui dit ce qui ne va pas te faire du bien... mais qui elle-même te fait tellement de bien ! Ça envoie, comme on dit. Riff imparable,